C’est en 1875 que l’école Jehanne des lys a vu le jour à Nîmes alors gérée par les religieuses de la charité de Besançon, la rue se nommait alors, rue de l’abbatoir. Les lois Ferry de 1882 et celle de 1905 rendent l’école laïque, obligatoire et gratuite. Elles ne s’opposeront pas à l’évolution de l’établissement qui en 1902 se nomme institution Jehanne des lys.

En 1918 l’établissement resta sans présence ecclésiale, laissant place à des laïques. Monseigneur GIRBEAU lance alors un appel aux sœurs de la Fraternité Notre-Dame du Sacré-Cœur dont le fondateur est Jules Chevalier. Celui-ci sera entendu en 1953, 3 sœurs vont alors enseigner.

En 1960, le nombre d’élèves étant en croissance, il est convenu que l’établissement du Sacré cœur accueillera les élèves du niveau du collège.

L’école étant située dans un vieux quartier, elle accueillait alors des enfants des rues avoisinantes ou de parents passant par là pour se rendre au travail. Jehanne des lys a fêté ses 100 ans en présence des sœurs de la Fraternité Notre-Dame du Sacré-Cœur qui pour certaines restent à ce jour proche de la vie de l’établissement.

Un contrat avec l’état est passé ce qui permet alors de voir apparaitre des laïques, recrutées parmi les titulaires du concours du ministère de l’Éducation nationale, en qualité d’institutrices. Et c’est en 1976 que les sœurs cessent totalement d’enseigner et de diriger l’établissement au profit de la tutelle diocésaine du Gard.

Désormais, l’établissement ne comporte plus un seul bâtiment ; 2 autres bâtiments de la même rue ont été rattachés. Les 3 bâtiments restent alignés à l’église Saint François que les membres de l’établissement continuent de fréquenter.